Je peux aussi titrer « constipé(e)s, ulcéré(e)s, oppressé(e)s », pour la simple et bonne raison que nous ne faisons pas assez travailler un outil fondamental de notre corps : le diaphragme.

Quand je dis « travailler », je devrais plutôt utiliser le verbe « entraîner », car cet ensemble de petits muscles, situé entre la partie thoracique et abdominale de notre corps, est constamment actif (heureusement, c’est notre propre pompe à air).

Pour les sophrologues, c’est un axe important à travailler dans des contextes comme l’anxiété, le stress ou l’angoisse. Vous savez, là ou les sensations d’étouffement, de boule au ventre se trouvent.

Ah bon, et je ne serais plus stressé après un travail sur cet ‘outil’ ?”
Je rappelle que travailler sur le corporel permet d’installer un lâcher-prise, pour enfin se concentrer sur un travail plus psychologique si besoin.

Vous qui lisez ces quelques lignes, vous pouvez de suite commencer à faire travailler ce fabuleux outil de bien-être en gonflant le ventre pour inspirer et pourquoi pas le rentrer le plus loin dans le corps pour expirer selon vos capacités, sans forcer, sans contraintes.

Entrainer le diaphragme apporte énormément de bénéfice au corps. Par exemple, il règle certains problèmes de constipation, permet de prévenir les hernies hiatales et permet de diminuer, voir de faire disparaître les brulures dues à l’anxiété… (il est bien évident qu’il faut consulter un médecin si tout cela persiste.).

À bientôt,
Loïc.

Share this Post