Loïc Arnaud/ juin 17, 2019

« Je me lève fatigué, j’ai passé une mauvaise nuit. Je me sens oppressé. Je sais que c’est comme toutes et tous mes ami(e)s qui passent le bac, mais moi, j’ai la boule au ventre. Elle m’oppresse. 
J’ai pourtant bien révisé, j’ai bien bossé toute l’année, mais j’ai peur quand même. Ce n’est pas juste, j’ai des potes qui ont cette boule au ventre cinq minutes en se levant et ça part direct, comme ça.
J’en ai d’autres qui se détendent dès qu’on se voit, qu’on discute, mais moi, j’ai ce stress, cette angoisse qui m’envahit. »

La sophrologie est un outil merveilleux pour apprendre à canaliser le stress et l’angoisse. Mon travail est de proposer des outils de visualisations et de respirations pour atténuer et utiliser ce stress à bon escient. Il faut transformer ce stress d’alerte en force pour être pleinement conscient et actif de sa réussite.

Un grand nombre de collègues sophrologues vont travailler sur 4 à 6 séances, mais avec l’expérience, on peut voir que ce n’est pas toujours efficace et qu’il faut rester dans l’immédiateté. C’est pourquoi j’ai adapté un protocole pour une seule séance de sophrologie d’une heure à une heure trente, à faire deux jours avant un examen.

En voici un petit extrait à faire le jour même de l’examen (ce n’est pas le protocole complet, mais cela permet de faire baisser l’angoisse assez rapidement.) :

1 – Installer rapidement la détente :

– S’installer dans un endroit calme ou vous vous sentez bien.
– S’asseoir confortablement.
– Fermer les yeux.
– Mettre sa main sur le ventre pour sentir et poser sa respiration et pratiquer une inspiration ventrale (pour installer la détente)
– Prendre conscience de son corps (sentir ses points de tensions)
– Relâcher la mâchoire, la desserrer.
– Relâcher les épaules, desserrer les mains, les poser sur ses cuisses et en sentir le poids.
– Bouger les orteils pour les détendre.
– Prendre quelques instants de silence pour essayer, en conscience, de relâcher les muscles du corps qui semblent tendus, sans forcer, sans contrainte, juste en y pensant.
– Prendre conscience de sa respiration qui se veut plus douce.

2 – Se débarrasser de cette fichue boule au ventre :

– Toujours les yeux fermés, dans la continuité de la détente.
– Prendre une profonde inspiration ventrale (en gonflant le ventre).
– Et expirer très très fort par la bouche, en focalisant sur votre expiration, l’idée d’éliminer tout ce qui vous tend, vous stress, vous fait peur.

À faire trois fois de suite, en prenant le temps de respirer entre chaque, nous ne faisons pas la course, le but n’est pas de stresser le corps, mais de l’alléger de ses contraintes.

Ne pas le faire plus de 3 fois, pour éviter un apport trop rapide d’oxygène vers le cerveau et risquer de tomber dans les pommes.

– Une fois terminé, vous pouvez ouvrir les yeux et accueillir cet instant de légèreté.

Vous pouvez refaire l’exercice de respiration à tout moment de la journée (sans pour autant fermer les yeux ou trouver un endroit calme).

Ce n’est qu’un extrait de mon protocole pendant lequel je donne d’autres outils pour affronter plus sereinement un examen, un permis, une opération ou un trac.

Tous mes vœux de réussite,
À bientôt,
Loïc.

Prendre rendez-vous en ligne
ou
Tèl : 0767319778

Share this Post