Loïc Arnaud/ janvier 14, 2019

Je ne vais pas vous parler de la douleur momentanée, celle du doigt coincé dans la porte ou sous le joug du marteau d’un bricoleur, non. J’aimerais vous parler de la douleur chronique, la douleur invisible, la douleur qui s’installe dans le corps, celle qui empêche de vivre normalement.

Pour de nombreuses personnes, cette douleur est un réel handicap qui peut empêcher de travailler et peut conduire à une dépression chronique. Souvent, ces personnes sont assez fortes de caractères pour réussir à cacher la souffrance à autrui, mais cela les détruits moralement. C’est assez similaire aux maladies de peau (psoriasis, eczéma). Notre société ne laisse pas de place à la différence et a peur de l’inconnu.

On peut mettre différents mots (maux) sur ces douleurs : arthrose, fibromyalgie… Mais elles sont là, présentes, s’insinuent et broient quotidiennement l’existence.

Le sophrologue peut intervenir à son humble niveau, comme partenaire à la médecine.

Il faut compter une moyenne de 9 à 10 séances pour pouvoir apprendre à gérer ces douleurs, pour permettre de reprendre le travail ou d’avoir une vie sociale, “light” certes, mais existante.

En ces quelques séances, nous apprenons à prendre du recul sur la douleur, la gérer, à chercher nos ressources, retrouver un sommeil plus reposant et comme pour un sportif, nous nous préparons mentalement à affronter l’extérieur pour réinstaller une sérénité et de l’enthousiasme.

Ce qui est important, ce ne doit pas être aux proches de prendre la décision et le rendez-vous pour une personne qui souffre. Ce doit être cette personne elle-même qui doit s’impliquer et être volontaire, c’est difficile, mais c’est déjà un pas de fait vers la gestion de ses capacités propres.

À bientôt,

Loïc.

Prendre rendez-vous
Tél : 07 67 31 97 78

https://inaji.fr

Share this Post